Essai MERCEDES AMG GT 63 S E Performance

Walid Bouarab, le 24/05/2022

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email

Non, cette AMG GT 63 S E Performance ne prétend à aucune efficience écologique. Son truc à elle, c’est la perf’ pure. C’est la Mercedes-AMG la plus puissante qui n’ait jamais existé, et elle se pose avant tout comme le fer de lance d’un futur électrifié, sans concession.

Sportive pur jus ?

Si la gamme Mercedes regorge de plusieurs solutions hybrides rechargeables, toutes n’ont pas la même vocation. Certes, échapper au malus reste le but premier. Mais dans le cas de cette AMG-GT 63S E Performance (cette voiture aime décidément les noms compliqués), l’électrification sert avant tout à la… performance justement. Mercedes ne vante nullement les capacités électriques de son modèle, en témoigne la petitesse de la batterie et l’autonomie zéro émission, limitée à une douzaine de kilomètres. Non, l’électrique est avant tout un boost, pour améliorer les performances déjà impressionnantes de l’AMG-GT 63 S. Avec une puissance de 839 ch, l’allemande devient également la berline la plus musclée du moment. De quoi, a priori, laisser sur place une Porsche Panamera Turbo S E-Hybrid de 700 ch). Et il n’y a pas que la puissance qui donne le tournis : 1400 Nm de couple, 2,9 secondes pour atteindre les 100 km/h et 316 km/h en vitesse de pointe. Le V8 4.0 biturbo développant 639 ch est donc conservé, accompagné désormais par un bloc électrique de 150 kW (204 ch) sur le train arrière. Il est alimenté par une batterie de seulement 6,1 kWh (quand une PHEV classique profite d’une batterie généralement 3 fois plus grosse. Tout a été développé en interne, inspiré des technologies utilisées en F1.

Parlons directement de ce qui nous interpelle ici. La puissance est-elle si démoniaque ? En mode Sport (sur circuit), pédale de droite enfoncée au maximum, la transmission tombe immédiatement trois rapports, les deux moteurs travaillent de concert pour donner toute la puissance. La poussée vous plaque au fond du siège (particulièrement confortable, même en conduite sportive), bien aidée par la constance du couple électrique. Des performances inédites pour une telle voiture. Les 200 km/h sont atteints en seulement 10 secondes. En sortie de courbe, les accélérations foudroyantes ne prennent jamais en défaut la motricité (nos modèles d’essai étaient équipés de semi-slick), et l’appétissant équilibre de l’allemande permet de jouer avec les limites d’adhérence. Direction communicative, roues arrière directrices à l’effet sensible, punch du V8 inépuisable… l’AMG-GT 63 S E Performance tient les promesses de sa fiche technique.

Malgré ses performances de supercar, cette version E Performance est avant tout une super GT. Les journées en circuit ne lui font pas peur, mais y passera-t-elle beaucoup de temps ? Sur la route, le niveau de confort est surprenant pour un engin aussi rapide, l’intérieur est somptueux et la technologie embarquée dernier cri demande un petit temps d’adaptation. Les roulages en tout électriques sont fréquents, l’alterno-démarreur assure un fonctionnement quasi imperceptible du Stop&Start et le freinage régénératif permet une conduite « à une pédale » plutôt douce à gérer. L’intégration de la batterie au-dessus du train arrière impose cependant une marche conséquente dans le coffre qui voit son volume baisser de 456 l à seulement 335 l. Mais qu’importe, cette version ultra musclée n’a pas fait des vertus familiale une priorité. Réaccélération immédiate, direction parfaitement calibrée, puissance toujours disponible (70 kW du moteur électrique en permanence, 150 kW sous forme de boost de 10 secondes), freinage endurant… Il n’y a finalement que le poids, de presque 2,4 tonnes, qui impose ses limites, et un tarif démentiel à plus de 210 000 € hors option… Loin d’incarner la démocratisation d’une telle technologie, cette AMG GT E Performance reste une intéressante vitrine sur ce que sera la sportivité électrifiée (et non pas électrique) de demain. Sans aucune hypocrisie sur ses vertus écologiques peu louables, elle profite pleinement d’une source d’énergie qui, finalement, peut se conjuguer aussi avec le plaisir mécanique. Une belle mise au point.

À retenir

Les plus

Puissance inédite, comportement doux et joueur, confort préservé

Les moins

Tarifs astronomiques, poids

Note de la rédaction

13,8/20

Agrément de conduite : 15/20
Sécurité active et passive : 16/20
Confort et vie à bord : 15/20
Budget : 8/20
Fiche technique
MOTORISATION
Carrosserie
berline
Année
2022
Energie
hybride essence rechargeable
Cylindrée
3982 cm3
Nombres de cylindres
8 cylindres
Disposition des cylindres
en V
Alimentation
injection direction, turbo, hybridation
Puissance
839 ch à 0 tr/min
Couple
1400 Nm à 0 tr/min
TRANSMISSION
Roue motrices
Traction intégrale
Boite de vitesse
automatique 9 rapports
DIRECTION
Direction
crémaillère
Type
Electrique
Diamètre de braquage
0
FREINAGE
Freins avant
NC
Freins arrière
NC
SUSPENSIONS
Type de suspensions
Train AV
Train AR
DIMENSIONS
Longueur
505 cm
Largeur
187 cm
Hauteur
146 cm
Empattement
Poids à vide
2380 kg
Réservoir
Pneumatiques
PERFORMANCES
Vitesse maximale
316 km/h
0 à 100 km/h
2.9 s
CONSOMMATIONS
Consommation mixte
NC
Émission de CO2
180 g/km
TARIF
Prix de base
211250 €
Prix du modèle essayé
240000 €

Poster un commentaire