Ferrari prépare son usine pour assembler ses futures sportives électriques

Marie Lizak, le 16/06/2022

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email
Ferrari devra se conformer à l’interdiction de la vente de voitures thermiques et prépare déjà sa chaîne de production destinée à accueillir ses futurs modèles électriques.

C’est désormais officiel : à partir du 1er janvier 2035, les constructeurs automobiles n’auront plus le droit de vendre de voitures thermiques neuves. Une mesure votée par la Commission Européenne et qui a pour but de réduire drastiquement les émissions de CO2 issues de cette industrie. Une décision qui fait déjà couler beaucoup d’encre, et qui risque de pénaliser certains constructeurs, notamment ceux spécialisés dans les supercars tels que Lamborghini ou Aston Martin. Pour eux néanmoins, une dérogation sera mise en place. Les marques vendant entre 1 000 et 10 000 voitures par an auront jusqu’au 31 décembre 2035 pour se conformer à cette nouvelle règle.

De leur côté, les constructeurs immatriculant moins de 1 000 voitures chaque année, tels que Bugatti, Caterham, Pagani ou en Koenigsegg ne seront pas du tout concernés par cette mesure. En revanche, et bien que cette dérogation soit connue sous le nom d’ « amendement Ferrari », la marque au cheval cabré n’aura pas le droit à un quelconque passe-droit. Et pour cause, celle-ci a enregistré 11 155 ventes en 2021. Trop pour pouvoir bénéficier du petit sursis accordé à certaines marques confidentielles. Ferrari, comme tous les autres doit donc préparer son avenir et commencer à électrifier sa gamme.

Une nouvelle chaîne de production

Si Ferrari n’a pas encore de modèle électrique dans sa gamme, la firme commence toutefois à travailler à l’amélioration de ses infrastructures, afin de pouvoir accueillir la production de ses futures sportives branchées. Pour cela, elle aurait déjà acheté des terrains autour de son usine de Maranello, afin d’y construire une extension exclusivement dédiée à l’assemblage à ses véhicules électrifiés. Mais ce n’est pas tout, car un centre de recherche et développement spécialisé dans les batteries serait également en projet.

Pour l’heure, seul un modèle hybride rechargeable est présent dans le catalogue, à savoir la Ferrari SF90 Stradale, forte de 1 000 chevaux. Néanmoins, la firme serait bel et bien en train de travailler au développement d’une voiture électrique, comme l’avait confirmé l’ancien PDG du constructeur, John Elkann. Prévue pour 2025, celle-ci devrait marquer un vrai tournant pour le constructeur. Mais sa priorité reste actuellement le lancement du Purosangue, qui ne devrait désormais plus trop tarder.

Poster un commentaire