Réglementation

Adoptée à la fin de l’été dernier, la loi dite Climat, de son véritable nom Climat et Résilience, parue au Journal Officiel sous la référence 2021-1104, est la transposition dans la législation de nombreuses propositions émises par la Convention Citoyenne pour le Climat. Mais quelles sont ses véritables incidences sur le quotidien des automobilistes ?

Candidates, déclarée pour l’une, en attente de confirmation pour l’autre, à la prochaine élection présidentielle, Anne Hidalgo et Valérie Pécresse s’affrontent désormais sur un dossier qui peut sembler très secondaire pour nos compatriotes non-franciliens : le boulevard périphérique parisien. Rappelons que Mme Hidalgo est actuellement Maire de Paris et que Mme Pécresse est Présidente de la région Ile de France.

Avec l’arrivée des véhicules électriques, qu’il s’agisse de motos ou de voitures, on profite d’un silence de fonctionnement appréciable, que cela soit pour les usagers comme pour les riverains… Mais ce silence de fonctionnement n’est pas sans poser des problèmes de sécurité, notamment pour les piétons qui n’entendent plus arriver le danger.

Le Parlement vient de voter le projet de loi n°3875, plus connu sous le nom de loi Climat. Son objectif ? Lutter « contre le dérèglement climatique » et renforcer « la résilience face à ses effets ». Ce texte comporte 69 articles qui touchent à notre quotidien (logement, consommation, travail…) et notamment à notre façon de nous déplacer. Voici ce qui changera, dans les prochains mois ou les prochaines années, dans notre vie d’automobiliste.

Cela n’a rien d’une surprise, puisque le Gouvernement l’avait annoncé depuis plusieurs mois déjà : les bonus écologiques attribués aux véhicules les plus propres sont en baisse à compter de ce 1er juillet.

Installer une borne pour recharger sa voiture électrique n’est pas toujours simple et rapide lorsque l’on habite en appartement en copropriété. En effet, il fallait jusqu’à présent compter sur un délai de six mois durant lequel le syndic de l’immeuble pouvait faire objection au projet d’équipement. De plus, celui-ci nécessitait un passage devant l’assemblée générale des copropriétaires.