Essai AUDI A8 60 TFSIe

Walid Bouarab, le 26/04/2022

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email

Difficile d’exister pour la très réussie Audi A8. Il faut dire que la concurrence est rude pour cette limousine qui tente de se faire une place au soleil. Malmenée par des rivale plus populaires, elle se refait une beauté pour limiter la casse, et attendre une relève 100% électrique hautement attendue.

Période de transition

La deuxième partie de carrière pour l’Audi A8 ne s’annonce pas simple. La grande berline d’Ingolstadt devra cohabiter avec l’indétrônable Mercedes Classe S tout juste renouvelée, et une innovante nouvelle génération de BMW Série 7 qui se décline désormais en version 100% électrique, la i7. Pour remettre – un peu – de chances de son côté, l’A8 profite d’un restylage, plutôt discret sur le plan esthétique. L’allemande reçoit surtout une nouvelle calandre plus verticale et généreusement habillée de chrome (que l’on peut recouvrir de noir) et des boucliers et bas de caisses remaniés. Les blocs optiques profitent d’une nouvelle technologie Matrix LED. Des feux très évolués qui permettent désormais de projeter des animations lumineuses sur la porte du garage… De nouvelles teintes de carrosserie et des jantes au dessin inédit viennent compléter la panoplie. A bord, peu de changements. On retrouve donc l’intérieur parfaitement finie typiquement Audi, mais à l’ambiance clinique, nettement moins chaleureuse que ce que peuvent proposer ses rivales.

Sous le capot, le diesel de la version 50 TDI restera hautement confidentiel, tout comme la S8 motorisée par un V8 de 571 ch. Audi mise avant tout (pour 90% des ventes) sur une inédite version hybride rechargeable 60 TFSIe. Elle allie un V6 3.0 de 340 ch à un moteur électrique de 90 kW. De quoi proposer 462 ch et 700 Nm de couple transmis aux quatre roues via une vraie transmission intégrale Quattro. Pour cet essai, notre choix s’est porté sur la carrosserie Limousine (A8L). Une variante qui profite de son empattement rallongé de 13 cm pour offrir un espace business class au deuxième rang. Des sièges arrière qui profitent de quelques nouveautés. Les deux écrans faisant face aux passagers sont nouveaux (10 pouces), et peuvent désormais recevoir une source externe de divertissement (via câble HDMI ou connexion sans fil Airplay). L’avantage, c’est de pouvoir enfin dissocier le contenu affiché sur les deux écrans. La commande tactile des éléments de confort et multimédia, située entre les sièges est dorénavant fixe, mais avec un affichage plus grand. Pour le reste, on retrouve toutes les petites attentions d’une Audi A8L : chauffage des sièges réglables sur plusieurs positions, repose-pied chauffant, sièges inclinables et massant… Il manque là-aussi un peu de chaleur dans les harmonies d’habillage et de décoration, mais le confort est royal.

Point fort de cette Audi A8L, le niveau de filtration est tout simplement excellent. Elle profite toujours de suspensions très évoluées, chacune étant actionnée par un petit moteur électrique. La sportive S8 se garde pour elle les suspensions prédictives qui, informées par une caméra scannant la route, adaptent leur tarage.

Capable de parcourir une cinquantaine de kilomètres en tout électrique, cette version TFSIe évolue dans une douceur absolue en ville. L’absence de bruit, renforcé par une insonorisation de très haut niveau, enferme et protège dans un cocon ultra-douillet. Le silence de cathédrale régnant à bord est propice à la concentration des hommes d’affaire (ou à la sieste…). La chaîne de traction hybride, fonctionnant de manière totalement transparente, actionne le V6 essence en cas de besoin de puissance (ou batterie vide). Là-encore, l’insonorisation impressionne. Il n’y a qu’en pleine charge que l’on perçoit, au loin, le râle du moteur à combustion. Un timbre plutôt agréable par ailleurs. On découvre alors des performances solides, clairement portées par le couple, et offrant à cette A8L 60 TFSIe des accélérations et des reprises de petite sportive.

Et bien que ce ne soit pas là la vocation de cette limousine ultra consensuelle, l’allemande profite tout de même d’un comportement plutôt dynamique, toute proportion gardée. Bien aidée par une direction précise, un châssis très évolué (suspensions à moteur électrique, roues arrière directrices), l’A8, même avec cet empattement rallongé, dévoile une sérénité à toute épreuve sur la route. La limousine aux Anneaux vire à plat, conserve une belle unité lors des enchaînements de virage et repousse assez loin les limites du sous-virage pour un tel modèle. De quoi donner le sourire au chauffeur, tout en préservant le confort des passagers. Une belle synthèse. Reste que désormais, l’environnement et le niveau de technologie, bien que très avancés, font face à une Classe S et une Série 7 plus modernes. L’A8 devra donc serrer les dents et attendre la prochaine génération 100% électrique (dont le concept car Grand Sphere nous donne quelques indices) pour réellement revenir dans la course face à ses compatriotes.

À retenir

Les plus

Niveau de confort, technologie, comportement routier

Les moins

Ambiance peu chaleureuse, concurrence

Note de la rédaction

13,9/20

Agrément de conduite : 14/20
Sécurité active et passive : 16/20
Confort et vie à bord : 18/20
Budget : 8/20
Fiche technique
MOTORISATION
Carrosserie
berline
Année
2021
Energie
hybride essence rechargeable
Cylindrée
2995 cm3
Nombres de cylindres
6 cylindres
Disposition des cylindres
en V
Alimentation
injection direction, turbo, hybridation
Puissance
462 ch à 0 tr/min
Couple
700 Nm à 0 tr/min
TRANSMISSION
Roue motrices
Traction intégrale
Boite de vitesse
automatique 8 rapports
DIRECTION
Direction
crémaillère
Type
Electrique
Diamètre de braquage
0
FREINAGE
Freins avant
400 mm
Freins arrière
350 mm
SUSPENSIONS
Type de suspensions
Train AV
Train AR
DIMENSIONS
Longueur
530 cm
Largeur
194 cm
Hauteur
148 cm
Empattement
Poids à vide
2340 kg
Réservoir
Pneumatiques
PERFORMANCES
Vitesse maximale
250 km/h
0 à 100 km/h
4.9 s
CONSOMMATIONS
Consommation mixte
2.1l/100km
Émission de CO2
NC
TARIF
Prix de base
116500 €
Prix du modèle essayé
141300 €

Poster un commentaire