Electrification : l’Alliance Renault Nissan Mitsubishi met les bouchées doubles

Alexandre Nardon, le 25/01/2022

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email
Si l’officialisation du plan stratégique « Alliance to 2030 » devrait avoir lieu le 27 janvier, l’agence de presse Reuters semble d’ores et déjà pour le moins informée puisqu’elle dévoile l’essentiel.

L’accélération de l’électrification des gammes semble désormais un enjeu majeur voire vital pour tous les constructeurs automobiles du monde. Difficile de tenir le rythme face à l’arrivée de nouveaux acteurs comme Tesla bien entendu mais aussi la myriade de marques asiatiques dans les starting-blocks y compris celles venant de l’électronique grand-public. On pense notamment à Sony et à Xiaomi.

Plus que jamais l’union fait la force et c’est pourquoi l’Alliance Renault Nissan Mitsubishi devrait donc annoncer le jeudi 27 janvier un plan de développement baptisé « Alliance to 2030 » pour lequel pas moins de 20 milliards d’euros auraient été prévus, une somme plus conséquente donc qui vient se rajouter aux 10 milliards que les membres de l’Alliance ont déjà dépensé pour l’électrification de leur gamme. Cette synergie a pour but le développement de cinq plateformes qui devraient être capables de propulser 90 % des 30 modèles prévus à l’horizon 2030.

Sur ces cinq plateformes, deux sont déjà connues. Il s’agit de la plateforme CMF-EV tout d’abord utilisée par Renault sur sa Mégane et par Nissan pour son SUV Ariya. Ensuite, la seconde base est la CMFB-EV, une version plus compacte qui devrait être inaugurée par la nouvelle Renault 5 électrique puis par Nissan sur la version 100 % électrique de sa Micra. Les analystes prédisent ensuite une plateforme économique destinée aux véhicules d’entrée de gamme qui pourrait être adoptée par Dacia par exemple. Les deux autres plateformes demeurent un peu plus énigmatiques. On évoque une base pour des véhicules utilitaires et une autre pour des mini véhicules.

L’Alliance intensifie par ailleurs ses efforts sur la fabrication de batteries. L’objectif est d’atteindre une production de 220 GWh/an en 2030 grâce à l’arrivée de nouvelles usines de production en Asie (Chine et Japon) et en Europe (Angleterre et France). Pour rappel, Nissan avait annoncé en novembre dernier vouloir investir dans les cinq prochaines années la somme de 18 milliards de dollars pour passer la vitesse supérieure dans l’électrification de son portfolio avec à la clé l’arrivée sur cette période de 23 modèles ! Renault affirme de son côté par l’intermédiaire de son CEO Luca de Meo sa volonté de passer au 100 % électrique en 2030. Cette annonce concerne aussi Alpine tandis que Dacia devrait suivre.

Poster un commentaire