Essai BMW 330e M Sport

Vincent Desmonts, le 21/03/2016

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email

Hybride rime souvent avec languide. Se convertir à la voiture « verte » implique-t-il forcément de tirer un trait sur le plaisir de conduire ? La nouvelle BMW 330e M Sport prouve heureusement le contraire.

Écologie non punitive

Il n’y a pas si longtemps, acheter une berline hybride c’était un peu comme entrer dans les ordres. On se donnait bonne conscience en réduisant sa facture énergétique et ses émissions de CO2, mais c’était au prix d’un ascétisme de tous les instants de la part du conducteur, astreint à devoir adopter un rythme de sénateur et à subir un châssis pataud, une direction floue et une pédale de frein spongieuse. Heureusement, les temps changent, et les hybrides s’améliorent. Dans ce domaine, si BMW ne figure pas parmi les pionniers, force est de reconnaître que le constructeur de Munich progresse vite. Prenez la Série 3 hybride : la première génération, baptisée ActiveHybrid 3, affichait certes 340 ch et de belles performances, mais surtout 139 g/km de CO2 qui la condamnaient à un vilain malus et plombaient d’entrée son modèle économique. La 330e M Sport affiche un CV empreint d’un peu plus de modestie : 252 ch « seulement », mais une batterie lithium-ion d’une capacité de 7,6 kWh qui lui permet une bonne vingtaine de kilomètres en mode électrique (jusqu’à 125 km/h) et des rejets de CO2 de 49 g/km maximum. Affichée à partir de 46 950 €, elle revendique un positionnement tarifaire proche des versions diesel comparables, tout en étant exonérée de taxe sur les véhicules de société (TVS) pendant trois ans.

Une Série 3 (presque) comme les autres

Sur le plan du style, cette 330e M Sport joue les discrètes. Rien ne la distingue des autres Série 3, si ce n’est la trappe de recharge (sur l’aile avant gauche), un logo « eDrive » sur le montant de custode, ou encore le monogramme sur la malle. À l’intérieur, l’instrumentation est quasiment standard (tachymètre, compte-tours, jauge à essence et thermomètre d’huile), et seul un bouton eDrive permettant de sélectionner l’un des trois modes hybrides (classique, préservation de la charge ou 100 % électrique) apparaît devant le sélecteur de la boîte automatique. Sur le plan technique, le bloc thermique retenu est le quatre cylindres 2.0 turbo de 184 ch de la 320i, tandis qu’une machine électrique de 88 ch s’intercale entre lui et la transmission ZF à huit rapports. La puissance combinée de l’ensemble atteint 252 ch, secondés par 450 Nm de couple. La batterie est quant à elle installée sous le plancher du coffre, qu’elle ampute de 110 dm³ (il ne reste plus que 370 dm³).

Côté pile, c’est une hybride…

Alors, à conduire, c’est comment ? Comme une hybride pardi ! Au contact, aucun son mécanique ne se fait entendre, le moteur thermique restant assoupi à basse vitesse. Lorsque la batterie est bien chargée, la 330e a d’ailleurs largement recours à la propulsion électrique, le 4 cylindres n’arrivant à la rescousse que si l’on accélère brutalement ou si la vitesse devient trop élevée. Les transitions se font sans à-coup, tandis que la boîte ZF est fidèle à sa réputation de douceur et de réactivité. Il en résulte une agréable quiétude de conduite, d’autant que, pour d’obscures raisons techniques, les Série 3 hybrides ne peuvent recevoir de châssis sport Direct Drive. Ainsi, même notre version d’essai en finition M Sport se montrait prévenante pour les vertèbres, malgré quelques trépidations à basse vitesse dues aux pneus à roulage à plat de 19 pouces. Côté consommation, il n’est pas difficile de descendre sous les 7 l/100 km sur un parcours mixte en partant avec la batterie pleine, et ce même si l’on est pas un acharné de l’écoconduite.

…côté face, on ne s’ennuie pas !

Mais cette 330e M Sport n’est pas une hybride tout à fait comme les autres. Bien installé dans un cockpit sur mesures, le conducteur fait corps avec la machine. Sous ses doigts, la direction est précise et bien dosée. À la réaccélération, l’équilibre de propulsion est bien là. Et si la plupart des hybrides perdent de leur cohérence lorsque l’on cherche à hausser le rythme, ce n’est pas le cas de cette BMW. Certes, son 4 cylindres n’a pas la mélodieuse noblesse des « 6 en ligne » qui ont fait la réputation de la maison, mais il fait le job : avec 6,1 s de 0 à 100 km/h, la 330e n’est pas du genre paresseuse ! Et si le poids supplémentaire des batteries se fait légèrement ressentir à l’inscription en virage, dans les mouvements de caisse ou au freinage, cela ne suffit pas à nuire à l’homogénéité de l’ensemble. Au volant, on prend du plaisir à toutes les allures, et c’est bien là l’essentiel.

À retenir

Les plus

Dynamisme préservé, sobriété, douceur de conduite, comportement routier, direction précise, confort général, tarification pertinente.

Les moins

Moteur 4 cylindres manquant de musicalité, coffre moyen, une certaine inertie à l'inscription en virage, freinage peu endurant en conduite sportive.

Note de la rédaction

15,6/20

Agrément de conduite : 17/20
Sécurité active et passive : 16/20
Confort et vie à bord : 16/20
Budget : 13/20
Fiche technique
MOTORISATION
Carrosserie
berline
Année
2016
Energie
hybride essence rechargeable
Cylindrée
1998 cm3
Nombres de cylindres
4 cylindres
Disposition des cylindres
en ligne
Alimentation
Injection directe, turbo
Puissance
252 ch à 0 tr/min
Couple
450 Nm à 0 tr/min
TRANSMISSION
Roue motrices
aux roues arrière
Boite de vitesse
Automatique à 8 rapports
DIRECTION
Direction
À crémaillère
Type
Electrique
Diamètre de braquage
11.3
FREINAGE
Freins avant
Disques ventilés
Freins arrière
Disques ventilés
SUSPENSIONS
Type de suspensions
Train AV
Train AR
DIMENSIONS
Longueur
463 cm
Largeur
181 cm
Hauteur
143 cm
Empattement
Poids à vide
1660 kg
Réservoir
Pneumatiques
PERFORMANCES
Vitesse maximale
225 km/h
0 à 100 km/h
6.1 s
CONSOMMATIONS
Consommation mixte
2.1l/100km
Émission de CO2
49 g/km
TARIF
Prix de base
46950 €
Prix du modèle essayé
52000 €

Poster un commentaire