Essai PEUGEOT e-208 GT

Cédric Morançais, le 12/11/2019

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email

Sept ans après Renault, Peugeot commercialise sa première citadine 100% électrique. Mais, contrairement à son rival, le Lion a fait le choix de l’intégrer entièrement à la gamme 208. Un choix qui lui permet d’hériter de toutes les qualités de cette dernière ?

Sur les terres du Losange

Même si Peugeot affiche un certain retard à l’allumage, on assure, du côté de Sochaux, que l’électrique est une pièce majeure de la stratégie. Mais, alors que la plupart des constructeurs ont décidé de développer un modèle spécifique pour accueillir ce type de motorisations, Peugeot veut le considérer comme étant tout à fait normale. Traduisez par « elle prendra place sous le capot de Peugeot existantes, aux côtés des moteurs essence et Diesel ». La e-208 est la première démonstration de cette volonté.

Sans surprise, elle reprend les qualités, telles que le surprenant bloc d’instrumentations 3D et la très bonne qualité de finition, mais aussi les défauts, au nombre desquels on compte l’habitabilité limitée aux places arrière et un volume de coffre réduit, des 208 thermiques.

Voilà qui nous laisse tout loisir pour nous pencher sur son inédite mécanique, qui présente une particularité étonnante : elle est la plus puissante, avec ses 136 ch, actuellement proposée par la 208. Avec sa batterie de 50 kWh, qui accepte la charge rapide, cette version promet, selon le cycle NEDC, 450 km d’autonomie. Plus prudent, Peugeot met en avant les 340 km obtenus selon le process WLTP. Un chiffre qui la situe dans le haut du panier au sein de sa catégorie, même si la Renault Zoé R135, à la puissance équivalente, affiche 395 km selon ce même cycle. La e-208 reprend l’avantage au chapitre du couple avec 260 Nm, contre 245 pour la Zoé.

C’est toutefois volant en main que la Peugeot démontre ses qualités mécaniques. Malgré ses 1 455 kg, elle se montre vive au démarrage, alerte en reprises et accélère comme une petite sportive. Le poids n’est toutefois pas sans incidence sur la conduite, surtout si on compare l’électrique à la PureTech 130 ch. La bonne nouvelle, c’est que le centre de gravité est abaissé grâce à la disposition des batteries. La e-208 vire donc plus à plat que la variante essence et, ses suspensions étant durcies, elle souffre beaucoup moins de trépidations sur les mauvais revêtements. Le train avant donne même l’impression d’être ici plus mordant, ce qui fait de cette Peugeot un vrai régal sur les routes sinueuses. Le mauvais point, c’est que le confort souffre quelque peu des nouveaux réglages de l’amortissement. Mais pas de quoi rétrograder ce modèle parmi les mauvais élèves de la catégorie. Une électrique plus dynamique que l’essence, donc. Ce qui justifie que Peugeot réserve la finition GT, à la présentation sportive, à la e-208.

À retenir

Les plus

Agrément de conduite, qualité de présentation, châssis joueur

Les moins

Confort en légère régression, habitabilité arrière, volume de coffre

Note de la rédaction

17/20

Agrément de conduite : 19/20
Sécurité active et passive : 16/20
Confort et vie à bord : 13/20
Budget : 16/20
Fiche technique
MOTORISATION
Carrosserie
citadine
Année
2019
Energie
électrique
Cylindrée
NC
Nombres de cylindres
NC
Disposition des cylindres
NC
Alimentation
NC
Puissance
136 ch à 3673 tr/min
Couple
260 Nm à 300 tr/min
TRANSMISSION
Roue motrices
aux roues avant
Boite de vitesse
réducteur à 1 rapport
DIRECTION
Direction
crémaillère
Type
Electrique
Diamètre de braquage
0
FREINAGE
Freins avant
Disques (nc)
Freins arrière
Disques (nc)
SUSPENSIONS
Type de suspensions
Train AV
Train AR
DIMENSIONS
Longueur
406 cm
Largeur
175 cm
Hauteur
143 cm
Empattement
Poids à vide
1455 kg
Réservoir
Pneumatiques
PERFORMANCES
Vitesse maximale
150 km/h
0 à 100 km/h
8.1 s
CONSOMMATIONS
Consommation mixte
NC
Émission de CO2
NC
TARIF
Prix de base
32100 €
Prix du modèle essayé
37150 €

Poster un commentaire