Brompton T Line, tout simplement titanesque

Alexandre Nardon, le 20/01/2022

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email
Décidemment Brompton est sur tous les fronts ces dernières semaines. Après avoir totalement réorganisé sa gamme pour aboutir à une proposition commerciale et marketing plus rationnelle, la marque anglaise surprend son monde en annonçant l’arrivée sur le marché d’un tout nouveau modèle répondant au nom de T Line.

Ce vélo est le fruit de trois années de développement dont l’objectif était tout simplement d’obtenir le Brompton le plus léger jamais produit. Dans sa version la plus dépouillée, ce nouveau modèle affiche 7,45 kg sur la balance contre 9,65 kg pour le P Line, la nouvelle dénomination du Superlight. Pour parvenir à ce résultat, la marque anglaise a eu un recours massif au titane, un métal aux vertus magiques puisqu’il est à la fois léger (37 % plus léger que son équivalent en acier), ultrarésistant, capable de filtrer les vibrations et insensible à la corrosion. D’ailleurs ce matériau n’est pas un inconnu chez Brompton qui l’utilise déjà sur le Superlight (alias le P Line). Mais contrairement à lui, où le titane se cantonne au triangle arrière et à la fourche, le T Line propose un cadre entièrement en titane. La fabrication de ce dernier a lieu dans une toute nouvelle usine sise à Sheffield et met en œuvre une technique de soudure TIG à 360° de très haute précision. Résultat, malgré son poids plume, ce vélo peut supporter une charge de 110 kg ! Outre le titane, Brompton utilise pour la première fois du carbone. Nous retrouvons cette fibre sur la fourche qui est en carbone monocoque et sur la tige de selle. Celle-ci est renforcée par une armature en acier de 0,3 mm d’épaisseur. Le carbone est aussi utilisé pour le tout nouveau pédalier à la fois rigide et léger ainsi que pour le dérailleur ultra compact qui ne pèse que 60 g. La selle et le guidon sont aussi en carbone.

Le pliage du T Line n’aura jamais été aussi simple sur un Brompton. Il dispose de charnières à alignement automatique et d’un loquet de fixation au guidon.

Brompton a volontairement doté son vélo d’une géométrie et d’un comportement fun. Le vélo dispose de roues de plus grand diamètre.

Will Carleysmith, directeur du design et de l’ingénierie chez Brompton déclare ainsi : « Le seul élément qui a été conservé de notre modèle classique est le système de freinage. Le reste a été amélioré dans les moindres détails pour aboutir au T Line, alors que tout élément superflu a été retiré pour réduire son poids. Avec le T Line, le sentiment de liberté n’a jamais été aussi puissant : chaque destination est accessible, chaque déplacement facile sans avoir le sentiment d’être encombré du poids d’un vélo. C’est une sensation assez incroyable ! ».

Le vélo est proposé en deux versions. La version One pesant 7,45 kg avec un équipement minimal et seulement deux vitesses sera commercialisée au prix de 4360 €. Le T Line Urban doté d’une transmission à 4 vitesses et de quelques équipements supplémentaires pèse 7,95 kg et coûte 4590 €. Des tarifs élitistes de toute évidence, mais quand on aime…

Poster un commentaire