Strava Metro, le trafic vélo à la loupe

Alexandre Nardon, le 19/11/2021

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email
Bien entendu Strava est avant une application dédiée aux sportifs. Elle leur permet notamment de suivre leurs performances et de partager celles-ci avec l’énorme communauté des utilisateurs (on parle de 74 millions de personnes réparties dans 244 pays). Mais avec le programme Strava Metro, l’entreprise basée en Californie entend aller encore plus loin dans l’exploitation des données de ces personnes qui envoient chaque semaine près de 21,5 millions de parcours !

En effet, Strava peut dresser un tableau très précis des déplacements à vélo de ces utilisateurs urbains. Ces informations sont ensuite proposées gratuitement aux villes et aux grands aménageurs, de manière totalement anonymisée bien entendu. Elles pourront ainsi être utilisées pour planifier de futurs aménagements par exemple et détecter le plus en amont possible des zones d’engorgement. Cet outil nous apprend beaucoup sur le développement du vélo dans nos agglomérations et permet de poser des chiffres sur cette croissance. Ainsi, Strava a enregistré une augmentation de 45 % des déplacements à vélo à Paris entre 2020 et 2021 contre 38 % entre 2019 et 2020. Bien entendu ces chiffres ont forcément été impactés par les deux confinements et les différentes restrictions de déplacements que nous avons connu ces dernières années. Toujours à Paris, le pic d’utilisation du vélo est au mois de septembre, tout comme à Lyon, mais c’est en juin à Bordeaux. Les déplacements durent en moyenne 40 minutes et 30 secondes à Paris contre 38 minutes et 48 secondes à Lyon ou 34 minutes et 24 secondes à Bordeaux. Le développement de la pratique du vélo à Paris a permis d’économiser 46 % d’émissions de C02 de plus qu’en 2019. La Place de la Bastille qui est totalement aménagée pour les mobilités douces depuis début 2021 est la rue la plus fréquentée par les cyclistes avec une augmentation de 143 % du trafic entre janvier et septembre 2021 et la même période en 2019. Vient ensuite la Place de la Concorde avec une augmentation de 60 %.

Benoît Chaumeret, responsable de la mission aménagements cyclables de la Ville de Paris, nous explique que : « La carte de chaleur de Strava Metro permet d’avoir une vue d’ensemble sur les flux à vélo dans Paris, il s’agit de l’une des fonctionnalités que nous utilisons le plus. En visualisant rapidement les axes les plus utilisés par les cyclistes, nous pouvons mieux comprendre les déplacements à vélo à l’échelle du territoire parisien. Cette vue d’ensemble permet également de mieux appréhender la logique d’itinéraires, d’identifier les déconnexions dans les flux et de déterminer les contraintes ou détours que font les cyclistes pour in fine améliorer les itinéraires et rendre les déplacements plus fluides et naturels. Aussi, étant donné que Strava permet de mesurer la fréquentation d’une piste cyclable, il a été un des outils qui nous a permis de valider une partie du réseau des Coronapistes. Ces données de fréquentation ont été utilisées pour prioriser ou non la mise en place de nouvelles infrastructures ».

Poster un commentaire