Le diesel en passe d’être supplanté ?

Alexandre Nardon, le 09/06/2021

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email
L’offre en matière de voitures électriques n’aura jamais été aussi importante. Il y en a désormais pour tous les goûts, pour tous les usages et presque pour tous les budgets. Les constructeurs parviennent, malgré les fortes tensions autour de la disponibilité des semi-conducteurs, à produire leur VE.

Autant dire que tous les signaux semblaient donc au vert en mai après un mois d’avril plutôt décevant. Dans les faits, c’est mieux, mais peut-être que de nombreux observateurs s’entendaient à des chiffres encore meilleurs. En mai 2021, 11 555 véhicules électriques ont été immatriculés contre 9 568 en avril de la même année soit un gain de 21 %. Cela représente donc une part de marchés de 8,2 % pour l’électrique sachant qu’il y a eu au total 140 892 immatriculations.

En entrant dans le détail, l’éternel Renault Zoe reprend la tête avec 2 577 immatriculations, tête qu’elle avait perdue en avril au profit de la Peugeot e-208 qui rétrograde à la troisième place en mai avec seulement 1 199 immatriculations. La seconde marche du podium est donc occupée par la Tesla Model 3 qui a trouvé 2 111 preneurs.

Viennent ensuite la Fiat 500 électrique (845 immatriculations, la Renault Twingo ZE (490 immatriculations) et la Kia e-Niro (434 immatriculations). En cumulant les 5 premiers mois de l’année, la Tesla Model 3 est la voiture électrique la plus vendue en France avec 8 083 immatriculations devant la Zoe et le e-208.

Pour revenir au mois de mai 2021, les ventes d’hybrides rechargeables connaissent quant à elles une certaine embellie avec 12 858 immatriculations (11 222 en avril) soit une part de marchés de 9,13 % contre tout de même 16,6 % pour les hybrides non rechargeables qui viennent ainsi chatouiller le diesel qui est tombé sous les 22 % de PDM.

L’heure de la bascule approcherait-elle ?

Poster un commentaire