Comment acheter une voiture électrique d’occasion ?


Cédric Morançais
01/08/2022

Longtemps marginales sur le marché de l’occasion, les voitures électriques y sont désormais disponibles en nombre. Avec des prix bien plus digestes qu’en neuf, elles séduisent de plus en plus d’automobilistes.
Mais s’en porter acquéreur nécessite quelques vérifications spécifiques.  Suivez le guide pour savoir comment acheter une voiture électriques d’occasion, en toute sérénité.

Occasion électrique : une part de marché en expansion

En France, la voiture électrique  a réellement pris son envol avec l’arrivée de la Renault Zoé, en 2012. Durant cette décennie, le nombre de modèles zéro émission n’a cessé de croitre, augmentant mécaniquement les ventes. Au premier semestre 2022, plus d’une voiture neuve livrée dans l’Hexagone sur 9 était une électrique. Le parc global est toutefois encore limité puisqu’environ 600 000 de ses autos, soit 1,5 % du total, circulent sur nos routes.

Comme toujours, le marché de la voiture d’occasion suit cette tendance avec un certain décalage. Toujours durant le 1er semestre 2022, seules 40 000 électriques ont changé de propriétaire, soit 1,5 % des ventes totales. Mais cette part est en progression constante depuis plusieurs années. En effet, les plus écolos des automobilistes mais aussi ceux qui habitent dans ou à proximité d’une ZFE, des zones où la circulation des voitures thermiques est de plus en plus soumise à contrainte, sautent le pas.

Si l’idée de ne plus avoir à fréquenter les stations-services est séduisante, surtout en cette période où un grand nombre d’entre elles affichent des tarifs au litre supérieurs à 2 €, devenir le propriétaire d’une voiture électrique exige une méthodologie un peu différente que pour un véhicule thermique.

En effet, il est indispensable de se poser certaines questions avant de craquer, mais également de se pencher assez profondément sur la partie technique. Car si rouler en électrique, c’est souvent fantastique, cela peut tourner au cauchemar si l’on fait le mauvais choix.

Pour ne pas en arriver là, suivez notre guide.

Acheter une voiture électrique d'occasion

Quelle voiture électrique d’occasion est faite pour vous ?

Une voiture électrique pour quel usage ?

La première question qui doit vous venir à l’esprit est de savoir si une voiture électrique est, ou pas, adaptée à vos besoins et à votre usage. Si vous êtes VRP et devez parcourir plusieurs centaines de kilomètres par jour, les temps de recharge seront rédhibitoires pour vous. Du moins en l’état actuel du réseau de recharge public. La question de la recharge est d’ailleurs un point important. Pensez que vous aurez besoin de brancher régulièrement, voire quotidiennement, votre auto. L’idéal, notamment parce que cela permet de faire les « pleins » les moins coûteux, est de pouvoir se connecter chez vous. 100 km d’autonomie vous coûteront alors entre 1,50 et 2 €.

Si vous n’avez pas accès à une prise à votre domicile, il faudra vous renseigner sur les bornes publiques disponibles à proximité des lieux que vous fréquentez, mais également sur le coût auquel elles facturent le kWh. Dans certains cas, celui-ci est si élevé que le coût kilométrique sera supérieur à celui d’une voiture thermique !

Les questions suivantes sont celles qui prévalent à l’achat de toute automobile. Il s’agit de cerner vos besoins, notamment en matière d’espace ou encore de volume de coffre. Même si l’offre sur le marché de l’occasion est moins vaste que sur celui du neuf, il existe tout de même des modèles pour tous les goûts : de la mini-citadine  à la grande routière , en passant par les SUV de toutes tailles ou encore les utilitaires .

A lire aussi :   Voici la future Polestar 5, très proche du concept Precept

Quel prix pour une voiture électrique d’occasion ?

Une fois décidé sur le type de véhicule, étudiez votre budget. Par rapport à un véhicule thermique, vous pourrez prendre en compte que les budgets « carburant », entretien et, le plus souvent assurance, seront moins élevés que sur une essence ou une Diesel. Vous pourrez donc revoir le prix de votre voiture électrique d’occasion en conséquence.

De ce budget achat découlera le plus souvent la capacité de votre acquisition à parcourir de longues distances sans avoir besoin d’être rechargée. En effet, au fil des années, les progrès en matière de capacité de batterie ont fortement progressé. Ainsi, une Renault Zoé de 2011 disposait d’une batterie de 23,3 kWh, celle de 2012 un accumulateur de 52 kWh. L’autonomie moyenne, qui profite du développement de moteurs moins gourmands, est ainsi passée de 150 à 350 km. En parallèle, de nombreux modèles proposent plusieurs tailles de batteries.

Pouvoir investir davantage n’est donc pas seulement une garantie, comme c’est le cas d’une thermique, de pouvoir s’offrir un modèle moins âgé et/ou moins kilométré, mais est également gage d’une meilleure autonomie.

On trouve aujourd’hui des voitures électriques accessibles au plus grand nombre. Des citadines pures telles que les Citroën C-Zero et Peugeot iOn exigent au moins 7 000 €. Pour un modèle plus polyvalent, du type d’une Renault Zoé, comptez également un minimum de 7 000 €. Enfin, un modèle familial exigera pas moins de 20 000 €. En ce qui concerne une poignée d’autos, telles que les premières Renault Zoé, gardez à l’esprit qu’il vous faudra louer la batterie. Ce sont donc, au bas mot, 50 € qu’il vous faudra débourser chaque mois. En contrepartie, le moindre pépin sera à la charge du constructeur, ce qui peut aller jusqu’au remplacement de la batterie par une neuve.

Que vérifier avant d’acheter une voiture électrique d’occasion ?

Les technologies spécifiques qu’embarquent une voiture électrique nécessitent quelques contrôles supplémentaires par rapport à une thermique. Naturellement, les vérifications habituelles (respect du plan d’entretien, absence d’accident…) restent de mise.
Voici ce que vous devez ajouter sur votre check-list :

Calculer son autonomie

Un vendeur consciencieux vous présentera le véhicule, batterie chargée. Auquel cas il suffira de consulter le tableau de bord pour connaitre son autonomie en conditions réelles. Si ce n’est pas le cas, une simple règle de trois (autonomie annoncée en kilomètres divisée par le taux de remplissage de la batterie multiplié par 100). Vous aurez ainsi l’assurance que le modèle convoité correspond bien à vos besoins, car l’autonomie d’une voiture électrique d’occasion, ayant quelques années et quelques dizaines de milliers de kilomètres au compteur, est forcément inférieure à celle qu’annonçait le constructeur sur un véhicule neuf.

Exigez le « Certificat de batterie » attestant de la santé d’un véhicule d’occasion

Poétiquement baptisé State of health (état de santé), le certificat de batterie est édité par un concessionnaire et indique quelle part de la capacité de la batterie est encore utilisable . Cette donnée varie selon l’usage qui est fait de l’auto mais aussi du nombre de charges rapides qu’elle a subi. A âge et kilométrage égal, il peut donc varier de façon importante entre deux voitures électriques, par ailleurs identiques.

A lire aussi :   Des eTrophées pour les meilleures électriques du marché

Ce SoH indique également si la batterie a subi des détériorations ou pas. Sachant qu’une batterie vaut entre 5 000 et 20 000 €, il vaut mieux, en effet, être certain de son bon état. Par ailleurs, ces batteries sont le plus souvent garanties pendant huit ans.

Systématiquement remis à l’issue de chaque révision, ce document est valable durant 3 mois. Au delà, les concessionnaires habilités à intervenir sur les voitures électriques peuvent également réaliser, contre rémunération (50 à 100 € en moyenne), cette prestation. Autre possibilité, s’adresser à des intervenants extérieurs tels que Moba ou en acquérant un boitier OBD du type Autobest. Toutefois, dans ces deux derniers cas, les procédures sont assez fastidieuses et les informations fournies par ces biais ne seront pas reconnues par les constructeurs… qui exigeront qu’un test de confirmation soit fait dans leur réseau.

Renseignez-vous sur les aides pour l’achat d’un véhicule électrique

Aux côtés du bonus écologique, qui s’applique désormais également, sous conditions, aux véhicules électriques d’occasion, et de la prime à la conversion, les collectivités territoriales (région, département, communauté d’agglomérations voire communes) peuvent accorder des aides à l’achat d’une voiture électrique d’occasion et/ou d’une borne de recharge à domicile. Interrogez-les préalablement à votre achat, elles peuvent faire baisser le prix dans des proportions considérables.

Préférez les véhicules électriques entretenus chez un concessionnaire de la marque

Encore plus que les voitures thermiques, les véhicules électriques profitent de nombreuses et régulières mises à jour qui peuvent permettre d’abaisser la consommation ou d’augmenter la vitesse de recharge. Ces nouveaux logiciels ne sont généralement installés que par les représentants de la marque. Un véhicule électrique entretenu chez un concessionnaire a donc plus de chances d’être totalement à jour.

Attention au standard de recharge

Certains véhicules asiatiques (Nissan Leaf, Kia e-Soul de première génération…) utilisent des connecteurs CHAdeMO. En langage simplifié, cela signifie que vous trouverez peu de bornes publiques qui proposent un tel branchement. Cela risque de compliquer très sérieusement les longs trajets.

Vérifiez la présence des câbles de recharge

Hormis sur les bornes rapides, c’est au conducteur d’utiliser l’un de ses câbles pour brancher son auto. Attention, on n’utilise pas le même pour se brancher sur une prise domestique ou sur une borne publique. Sachant que chaque câble vaut entre 200 et 500 €, mieux vaut s’assurer que la voiture électrique d’occasion que vous avez dans le viseur possède bien ceux qui vous seront indispensables au quotidien.

Essayez votre future voiture électrique durant plusieurs kilomètres

La conduite d’un véhicule électrique est notablement différente de celle d’une thermique. Si la douceur et le silence de ces voitures séduisent le plus grand nombre, quelques irréductibles ne parviennent pas à s’y faire. Outre le fait de vous assurer que l’auto convoitée n’a pas de problème (elle tire à droite ou à gauche, elle émet des bruits suspects…), la tester vous permettra de commencer à vous familiariser avec cette nouvelle façon de conduire.

Un commentaire

Poster un commentaire